La peur d’être abandonné(e) dans le couple

Vous y êtes ! En couple je veux dire… Vous habitez ensemble, projetez d’acheter une maison, d’avoir des enfants peut-être même est-ce déjà fait. Seulement un mal subsiste. Vous avez peur d’être abandonné(e). Et le pire c’est que vous avez honte de cette pensée !

Mais vous avez beau vous raisonner, vous rassurer, en parler à ces sempiternels amis rien n’y fait : il vous semble cruellement réel que l’être aimé puisse vous quitter à tout instant... Car oui ! Contrairement à ce que l’on pense, cette peur n’est pas réservée qu’aux prémices de la relation amoureuse et peut très bien survenir après.

La peur de l’abandon : des origines pas si évidentes que cela...

Ça c’est une vraie question ! D’où vient cette peur incontrôlable du rejet ? Il faut avouer que comme beaucoup de nos problèmes, elle trouve sa source dans notre enfance. Une mère débordée, un père peu présent, l’arrivée du petit frère ou de la petite sœur, ou encore le décès d’un proche auquel nous tenions particulièrement fort ou même l'âge qui passe...

Vous voyez, ces situations sont courantes et ne sont pas toujours des abandons affectifs ! Qui que nous soyons, nous avons tous connu dans notre enfance une séparation. Seulement, nous ne sommes pas tous égaux devant la tristesse, et certains ont donc vécus ces évènements logiques (bien que tragiques) comme de véritables traumatismes.

Il ne faut pas pour autant tenir ces personnes pour responsables. Ils n’ont simplement pas su vous accompagner en toute sérénité dans votre processus de séparation. Mais pensez-y maintenant, peut-être qu’eux aussi, tout comme vous, ne parvenaient pas à gérer cette dernière.

Comment se sortir ces angoisses de la tête ?

Malheureusement, il n’y a pas de remède à ce mal... Parce que ce n’en est pas un ! Il est parfaitement normal d’avoir peur d’être abandonné(e). Plutôt que de vouloir réfréner ce sentiment certes désagréable, apprenez à l’accepter.

Ne laissez plus les idées préconçues que véhicule la littérature et la télévision depuis si longtemps, décider de votre comportement. Car oui cette société voudrait nous faire croire que nos émotions doivent être parfaites, belles, claires et silencieuses tout comme nos corps ou notre couple.

De par son image arrêtée sur le fonctionnement nos émotions, cette dernière voudrait nous faire croire qu’il est normal d’être indépendant et surtout invulnérable. N’oubliez-pas, nous sommes humains et en tant que tel, nous devons accepter notre fragilité, nos incertitudes, nos doutes et nos peurs et c’est tant mieux ! A tous ces maux une seule solution : la communication. Relancez le dialogue avec l’être aimé sur ce qui vous angoisse, et vous verrez que le « gros monstre sous le lit », n’était qu’une « pile de vêtements sales » !